02 août 2016

Falou, la mémoire de Sicsoe

«Ce sont les hommes d’hier qui ont fait l’entreprise d’aujourd’hui

Chez Sicsoe, tout le monde connaît Fayçal Maheddine sous le surnom de Falou. Ce cariste de 47 ans est un homme de cœur et de mémoire. Il a fait ses premiers pas chez Sicsoe en 1994. Une époque où l’entreprise était installée à Floirac et ambitionnait déjà de se positionner comme interlocuteur privilégié des négociants et producteurs de vins.

Falou, la mémoire de Sicsoe Falou, la mémoire de Sicsoe

Les débuts familiaux de Sicsoe

Alors que SICSOE existe depuis moins de 10 ans, Falou est embauché d’abord en intérim en tant qu’ouvrier de chai. En 1994, l’équipe compte à peine une vingtaine de personnes, pour 65 aujourd’hui. L’intérimaire qu’il était se souvient d’une époque où il n’existait pas les 22 000 m2 de bâtiment à Cénac mais un seul et unique hangar :

« À mon arrivée on travaillait dans un dépôt avec très peu de lumière. On se débrouillait comme on pouvait. On réparait toutes les machines nous-même. Moi, j’étais serrurier de métier et j’avais fait de la mécanique. Avec un peu de jugeote on y arrivait ».

Ces conditions de travail familiales font que les employés et responsables de SICSOE forment une équipe très solidaire :

« On travaillait le samedi et dimanche pour honorer les commandes. Ce sont les hommes d’hier qui ont fait l’entreprise d’aujourd’hui. »

En 2002, c’est le premier changement avec le déménagement dans les nouveaux locaux de Cénac. Un premier bâtiment est construit. D’autres viendront ensuite pour adapter l’outil de travail à la demande croissante des clients. Falou, autodidacte et rompu à l’exercice d’organisation, propose au directeur de l’époque de réorganiser la chaîne manuelle pour les préparations de commandes et le stockage.

SICSOE, de la « 4L à la Rolls Royce »

Promu responsable, Fayçal Maheddine encadre une équipe qui s’étoffe d’année en année. À partir de 2008, les bâtiments sont réaménagés. « On est passé de la 4L à la Rolls Royce ! », sourit Falou. C’est un nouveau départ pour SICSOE avec des investissements sans précédents d’un total de 18 millions d’euros. « Il y en avait besoin. On travaille mieux grâce aux nouveaux outillages. »

Pour développer l’entreprise de logistique vin, un système informatique adéquat est mis en place. Une nouvelle cuverie et un coffre-fort sont installés et les méthodes de travail sont repensées. Les chaînes de conditionnement sont également améliorées, tout comme la plateforme d’achat. Enfin, des certifications et des labels qualités viennent garantir le savoir-faire de SICSOE. Au total, sept ans de travaux et de réorganisation ont été nécessaires pour atteindre les objectifs fixés et répondre (encore) mieux aux clients.

Si l’entreprise a connu une forte croissance, il reste des débuts les moments conviviaux et l’esprit d’équipe. « Ce que je cherche avant tout dans l’entreprise c’est de l’humanité », précise Falou, une valeur chère à cette mémoire vivante de SICSOE Solution Vins Logistique.